Archive | Cordes

Le Violoncelle

violoncelle

Des cordes, oui, mais frottées !

Le violoncelle est un instrument à cordes frottées (c’est-à-dire mises en vibration par l’action de l’archet) de la famille du violon, de l’alto et de la contrebasse. Il se joue assis et tenu entre les jambes ; il repose maintenant sur une pique escamotable d’invention récente, mais fut longtemps joué posé entre les jambes, sur les mollets.

Ses quatre cordes sont accordées en quintes : do, sol, ré et la (du grave vers l’aigu), comme pour l’alto. Le violoncelle est cependant accordé une octave en dessous de ce dernier, soit une octave et demie en dessous du violon. C’est l’un des instruments ayant la tessiture la plus grande. On dit souvent que c’est l’instrument le plus proche de la voix humaine.

Bien que né quasiment en même temps que le violon, le violoncelle ne s’est imposé que relativement tardivement. Il a connu à ses débuts la concurrence de la basse de viole de gambe, considérée à l’époque comme plus aristocratique.

En tant que substitut à la viole de basse, le violoncelle est d’abord confiné aux rôles d’accompagnement. Le son est alors plus confidentiel, plus feutré. A l’époque baroque, Antonio Vivaldi (1678-1741) fut parmi les premiers à inonder le marché de concertos pour violoncelle. Il lui dédia 27 concertos. De plus la technique évolue, les violoncellistes deviennent des virtuoses, et tiennent à le faire savoir.

La période romantique, le 19ème siècle, va être particulièrement profitable au violoncelle.  À cette époque, les dimensions de l’instrument ne changent plus. Son timbre devient éclatant, et sa puissance sonore, limitée lorsqu’il était instrument d’accompagnement, augmente, d’une part pour permettre aux compositeurs d’utiliser de plus grands orchestres ou des techniques d’orchestration plus ambitieuses, et d’autre part pour répondre aux nouvelles exigences des salles de concerts de plus en plus grandes.

Aujourd’hui, il est présent dans les plus grands orchestres, en formation plus petite (musique de chambre) mais aussi en jazz et en variété.

Son timbre chaud et riche en fait un instrument aimé de tous.

Posted in Cordes, InstrumentsComments (0)

La Contrebasse

La Contrebasse

La contrebasse est un instrument à cordes, le plus grave de la famille des violons (dans laquelle on trouve le violon, évidemment, mais aussi l’alto et le violoncelle). Elle peut se jouer en position debout ou assise ; la position debout étant la plus répandue…
Si elle est le plus grave de la famille, elle possède néanmoins une grande tessiture et peut produire une large palette de sons médiums et aigus !
Concernant les modes de jeu, les quatre cordes de la contrebasse sont tout autant sujettes à être frottées (par l’archet) et pincées (par les doigts ; mode de jeu qu’on appelle ‘pizz’) !
Indispensable dans l’orchestre ‘classique’, mais moins présente en musique de chambre, elle s’est énormément répandue dans des musiques plus ‘populaires’ telles que le jazz, le tango argentin, le rockabilly et le folk, la chanson à texte francophone, la musique improvisée, et même dans certains groupes de hip-hop qui la préfèrent aux basses synthétiques ou électriques…
La cousine de la contrebasse est la guitare basse (électrique ou acoustique), qui possède les mêmes cordes de Mi, La, Ré et Sol !
Il est donc fréquent que des musiciens pratiquent la contrebasse et la guitare basse, avec une préférence pour l’une ou l’autre.
N’hésitez pas à contacter l’école, pour venir essayer l’instrument (enfant ou adulte) auprès du professeur de contrebasse, Romain Stochl.
Possibilités certains jeudcontrebassei en fin d’après-midi, et également au moment du parcours-découverte des instruments, prévu le samedi 28 mai 2016
 

Posted in Cordes, InstrumentsComments (0)

La Guitare

La Guitare

 

Un peu d’histoire…

La guitare, cousine du luguitareth, du théorbe et de la vihuela, serait originaire du Moyen Orient.
C’est peut-être en Egypte qu’aurait commencé son histoire. Des gravures d’instruments comme le nefer ou la qïtara ont été retrouvées.
Par la suite l’instrument aurait transité par l’Espagne suite aux invasions maures durant le Moyen Age.
A l’époque de Louis XIV l’instrument est très prisé puisque Robert de Visée (1658-1725) est appointé comme maître de guitare du Roy.

L’arrivée du Piano Forte dans les années 1700 ainsi que du violoniste Niccolò Paganini (1682-1740) relègue la guitare au second plan, d’autant plus que grossissent les formations orchestrales.
La faible puissance sonore de l’instrument ne lui permet pas d’être entendu dans ces conditions.

En 1860 le luthier Antonio Torres innove en créant une forme de guitare à cordes “nylon” dont la forme reste d’actualité (le nylon est généralisé à partir de 1945).
Vers les années 1900 des luthiers comme Martin et Orville Gibson (1856-1918) facturent des guitares avec cordes en acier, communément appelées guitares “folk”.

Dans les années 1920 les frères Dopyera développent les modèles de guitares avec résonateur destinés à augmenter le volume sonore de l’instrument. Cette guitare dont la caisse est en aluminium porte le nom de guitare Dobro [DOpyera BROthers].

C’est en 1931 que la firme Rickenbacker sort une guitare équipée de micros électromagnétiques : l’Electro-Spanish. En 1934 Gibson à son tour sort la ES-150 Electric Spanish. C’est le début de la guitare électrique.
Leo Fender (1909-1991) sort en 1950 la Telecaster, première guitare électrique sans caisse de résonance : solid-body. Cette nouvelle conception permet de fabriquer des instruments en grand nombre puisque la lutherie est bien moins sophistiquée, donc moins cher.
Gibson réagit en sortant la Les Paul en 1952. En 1953 c’est la Stratocaster de Fender.

Dès lors, et avec l’arrivée du Rock and Roll, nombre de fabricants comme Gretsch, Rickenbacker, Paul Reed Smith (PRS), Ovation, Ibanez, Yamaha, Steinberger, Vigier, Macaferri et tant d’autres se lancent dans la conquête du marché de la guitare ultra florissant.

Comment se pratique-t-elle?

Acoustique ou amplifiée, la guitare nécessite un entraînement régulier pour coordonner les doigts des deux mains. La tête doit dominer les mouvements des muscles.

On peut commencer à partir du CE1 sur une petite taille. Le nylon permet de mieux ressentir le contact : les cordes sont plus épaisses. Avec la corde en acier le médiator apporte d’autres sonorités.

Pour l’instrumentiste débutant il est important de maîtriser en priorité l’utilisation des doigts. L’amplification permet de mieux entendre les sons et de rajouter des effets sonores grâce à l’électronique.

On peut jouer seul ou en groupe. Musique savante (classique, jazz) ou populaire (rock, reggae etc.) la guitare est présente dans nombreux styles. Elle peut jouer des mélodies ou accompagner chants et instruments.

Posted in Cordes, InstrumentsComments (0)

Violon

ViolonLe violon, sublimes cordes !

La classe de violon et d’alto accueille les élèves dès l’âge de 7 ans.
Le cursus est personnalisé et très progressif et, contrairement à ce que l’on pense couramment, il est possible de s’initier à ces instruments sans en faire grincer les cordes !
L’apprentissage débouche assez rapidement sur la participation à des ateliers de musique d’ensemble, principalement orchestre à cordes ou jazz, ou encore atelier baroque.
Le parcours de l’élève est encadré individuellement et permet à chacun de développer au mieux ses talents avec plaisir à l’intérieur de l’école de musique.

Posted in Cordes, InstrumentsComments (0)

  • Abonnez vous au flux RSS

NOUS TROUVER

L'École de musique se situe 38 avenue Lénine à Fontaine (38600).
Tram A - Station Fontaine Hôtel de Ville La Source.

NOUS CONTACTER

Vous pouvez joindre le secrétariat de l'École de musique du lundi au vendredi.
De 16h à 20h le lundi et de 15h à 18h du mardi au vendredi au 04 76 28 76 80 ou par mail : ecole-musique@ville-fontaine.fr.

NOUS VISITER

En période scolaire, l’École de musique est ouverte du lundi au vendredi.
Le lundi de 16h à 20h , les mardi, jeudi et vendredi de 15h à 18h et le mercredi de 9h à 12h et de 15h à 18h.
En période de vacances scolaires, elle est ouverte du lundi au vendredi de 14h à 18h.

A VENIR

De nouvelles auditions prochainement !

PHVsPjxsaT48c3Ryb25nPndvb19hZHNfcm90YXRlPC9zdHJvbmc+IC0gZmFsc2U8L2xpPjxsaT48c3Ryb25nPndvb19hZF9pbWFnZV8xPC9zdHJvbmc+IC0gaHR0cDovL3d3dy53b290aGVtZXMuY29tL2Fkcy8xMjV4MTI1YS5qcGc8L2xpPjxsaT48c3Ryb25nPndvb19hZF9pbWFnZV8yPC9zdHJvbmc+IC0gaHR0cDovL3d3dy53b290aGVtZXMuY29tL2Fkcy8xMjV4MTI1Yi5qcGc8L2xpPjxsaT48c3Ryb25nPndvb19hZF9pbWFnZV8zPC9zdHJvbmc+IC0gaHR0cDovL3d3dy53b290aGVtZXMuY29tL2Fkcy8xMjV4MTI1Yy5qcGc8L2xpPjxsaT48c3Ryb25nPndvb19hZF9pbWFnZV80PC9zdHJvbmc+IC0gaHR0cDovL3d3dy53b290aGVtZXMuY29tL2Fkcy8xMjV4MTI1ZC5qcGc8L2xpPjxsaT48c3Ryb25nPndvb19hZF9tcHVfYWRzZW5zZTwvc3Ryb25nPiAtIDwvbGk+PGxpPjxzdHJvbmc+d29vX2FkX21wdV9kaXNhYmxlPC9zdHJvbmc+IC0gdHJ1ZTwvbGk+PGxpPjxzdHJvbmc+d29vX2FkX21wdV9pbWFnZTwvc3Ryb25nPiAtIGh0dHA6Ly93d3cud29vdGhlbWVzLmNvbS9hZHMvMzAweDI1MGEuanBnPC9saT48bGk+PHN0cm9uZz53b29fYWRfbXB1X3VybDwvc3Ryb25nPiAtIGh0dHA6Ly93d3cud29vdGhlbWVzLmNvbTwvbGk+PGxpPjxzdHJvbmc+d29vX2FkX3RvcF9hZHNlbnNlPC9zdHJvbmc+IC0gPC9saT48bGk+PHN0cm9uZz53b29fYWRfdG9wX2Rpc2FibGU8L3N0cm9uZz4gLSB0cnVlPC9saT48bGk+PHN0cm9uZz53b29fYWRfdG9wX2ltYWdlPC9zdHJvbmc+IC0gaHR0cDovL3d3dy53b290aGVtZXMuY29tL2Fkcy80Njh4NjBhLmpwZzwvbGk+PGxpPjxzdHJvbmc+d29vX2FkX3RvcF91cmw8L3N0cm9uZz4gLSBodHRwOi8vd3d3Lndvb3RoZW1lcy5jb208L2xpPjxsaT48c3Ryb25nPndvb19hZF91cmxfMTwvc3Ryb25nPiAtIGh0dHA6Ly93d3cud29vdGhlbWVzLmNvbTwvbGk+PGxpPjxzdHJvbmc+d29vX2FkX3VybF8yPC9zdHJvbmc+IC0gaHR0cDovL3d3dy53b290aGVtZXMuY29tPC9saT48bGk+PHN0cm9uZz53b29fYWRfdXJsXzM8L3N0cm9uZz4gLSBodHRwOi8vd3d3Lndvb3RoZW1lcy5jb208L2xpPjxsaT48c3Ryb25nPndvb19hZF91cmxfNDwvc3Ryb25nPiAtIGh0dHA6Ly93d3cud29vdGhlbWVzLmNvbTwvbGk+PGxpPjxzdHJvbmc+d29vX2FsdF9zdHlsZXNoZWV0PC9zdHJvbmc+IC0gbGlnaHRibHVlLmNzczwvbGk+PGxpPjxzdHJvbmc+d29vX2F1dGhvcjwvc3Ryb25nPiAtIGZhbHNlPC9saT48bGk+PHN0cm9uZz53b29fYXV0b19pbWc8L3N0cm9uZz4gLSBmYWxzZTwvbGk+PGxpPjxzdHJvbmc+d29vX2Nhcm91c2VsX2hlaWdodDwvc3Ryb25nPiAtIDI3MDwvbGk+PGxpPjxzdHJvbmc+d29vX2N1c3RvbV9jc3M8L3N0cm9uZz4gLSA8L2xpPjxsaT48c3Ryb25nPndvb19jdXN0b21fZmF2aWNvbjwvc3Ryb25nPiAtIDwvbGk+PGxpPjxzdHJvbmc+d29vX2ZlYXR1cmVkX2NhdGVnb3J5PC9zdHJvbmc+IC0gU2VsZWN0IGEgY2F0ZWdvcnk6PC9saT48bGk+PHN0cm9uZz53b29fZmVhdF9lbnRyaWVzPC9zdHJvbmc+IC0gNjwvbGk+PGxpPjxzdHJvbmc+d29vX2ZlZWRidXJuZXJfaWQ8L3N0cm9uZz4gLSA8L2xpPjxsaT48c3Ryb25nPndvb19mZWVkYnVybmVyX3VybDwvc3Ryb25nPiAtIDwvbGk+PGxpPjxzdHJvbmc+d29vX2dvb2dsZV9hbmFseXRpY3M8L3N0cm9uZz4gLSA8L2xpPjxsaT48c3Ryb25nPndvb19ob21lPC9zdHJvbmc+IC0gZmFsc2U8L2xpPjxsaT48c3Ryb25nPndvb19ob21lX3RodW1iX2hlaWdodDwvc3Ryb25nPiAtIDU3PC9saT48bGk+PHN0cm9uZz53b29faG9tZV90aHVtYl93aWR0aDwvc3Ryb25nPiAtIDEwMDwvbGk+PGxpPjxzdHJvbmc+d29vX2ltYWdlX3NpbmdsZTwvc3Ryb25nPiAtIHRydWU8L2xpPjxsaT48c3Ryb25nPndvb19sb2dvPC9zdHJvbmc+IC0gaHR0cDovL2xhc291cmNlLWZvbnRhaW5lLmZyL2Vjb2xlZGVtdXNpcXVlL3dwLWNvbnRlbnQvd29vX3VwbG9hZHMvNS1lY29sZXppcXVlLTQtYmFuLWVjb2xlemlxdWUuanBnPC9saT48bGk+PHN0cm9uZz53b29fbWFudWFsPC9zdHJvbmc+IC0gaHR0cDovL3d3dy53b290aGVtZXMuY29tL3N1cHBvcnQvdGhlbWUtZG9jdW1lbnRhdGlvbi9nYXpldHRlLWVkaXRpb24vPC9saT48bGk+PHN0cm9uZz53b29fcmVzaXplPC9zdHJvbmc+IC0gdHJ1ZTwvbGk+PGxpPjxzdHJvbmc+d29vX3Nob3J0bmFtZTwvc3Ryb25nPiAtIHdvbzwvbGk+PGxpPjxzdHJvbmc+d29vX3Nob3dfY2Fyb3VzZWw8L3N0cm9uZz4gLSB0cnVlPC9saT48bGk+PHN0cm9uZz53b29fc2hvd192aWRlbzwvc3Ryb25nPiAtIGZhbHNlPC9saT48bGk+PHN0cm9uZz53b29fc2luZ2xlX2hlaWdodDwvc3Ryb25nPiAtIDE4MDwvbGk+PGxpPjxzdHJvbmc+d29vX3NpbmdsZV93aWR0aDwvc3Ryb25nPiAtIDI1MDwvbGk+PGxpPjxzdHJvbmc+d29vX3RhYnM8L3N0cm9uZz4gLSBmYWxzZTwvbGk+PGxpPjxzdHJvbmc+d29vX3RoZW1lbmFtZTwvc3Ryb25nPiAtIEdhemV0dGU8L2xpPjxsaT48c3Ryb25nPndvb191cGxvYWRzPC9zdHJvbmc+IC0gYTozOntpOjA7czo5OToiaHR0cDovL2xhc291cmNlLWZvbnRhaW5lLmZyL2Vjb2xlZGVtdXNpcXVlL3dwLWNvbnRlbnQvd29vX3VwbG9hZHMvNS1lY29sZXppcXVlLTQtYmFuLWVjb2xlemlxdWUuanBnIjtpOjE7czo4NjoiaHR0cDovL2xhc291cmNlLWZvbnRhaW5lLmZyL2Vjb2xlZGVtdXNpcXVlL3dwLWNvbnRlbnQvd29vX3VwbG9hZHMvNC1iYW4tZWNvbGV6aXF1ZS5qcGciO2k6MjtzOjc2OiJodHRwOi8vbGFzb3VyY2UtZm9udGFpbmUuZnIvZWNvbGVkZW11c2lxdWUvd3AtY29udGVudC93b29fdXBsb2Fkcy8zLUNSQzQuanBnIjt9PC9saT48bGk+PHN0cm9uZz53b29fdXBsb2FkX2Vycm9yczwvc3Ryb25nPiAtIGE6MDp7fTwvbGk+PGxpPjxzdHJvbmc+d29vX3ZpZGVvX2NhdGVnb3J5PC9zdHJvbmc+IC0gU2VsZWN0IGEgY2F0ZWdvcnk6PC9saT48L3VsPg==